mon compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la sagesse, des mots.

C'est une erreur commune à bien des néo-païens, qui ne sont pas païens mais plutôt n'importe-quoitistes, fous en d'autre terme, c'est de croire que le monde a commencé avec eux. J'ai un petit frère qui se croit malin en appelant dieu le grand clown, il a dû entendre ça dans la bouche d'un comique télé, il me croit croyant. J'ai souvent envie de l'appeler pour lui dire, n'aie pas peur petit frère, la mort c'est pas ce que tu crois. Ne crois pas, essaie de savoir et tu ne mourras pas. Faut dire que je suis déjà mort pour lui. Si je l'appelle je suis pas sûr qu'il me parlera, la peur des fantômes, des spectres, des étoiles en somme.

Car Hamlet père est un astre dans la pièce de Shakespeare et pas n'importe lequel. Mais passons, faudrait que j'aille le voir le frangin, qu'il me touche, quitte à me mettre son poing dans la gueule, après il me sortira une boutanche de gnôle qu'il a dû mettre exprès de côté à la naissance de son dernier pilon. Idem pour ma frangine, pitié de chez pitié, Ophélie qui ne pourrait pas se suicider. Et combien sont-elles ces femmes utiles ? (Ophélie, forgé par Shakespeare, vient du grec utile.) qui souffrent de n'être ni chrétienne, ni païenne, par la faute d'un Polonius, un père Goriot, un faux père, un usurpateur, une victime réfugiée dans la génétique de ses couilles sur laquelle il a investi un tas de sentiments plus ou moins sincères plus ou moins purs, à l'aide d'une philosophie pour le moins douteuse (Platon) selon laquelle bien et beauté coïncident. Ces géniteurs inoculent à leurs enfants une idée de la pureté ou de la perfection qui les conduit à la folie. C'est pas eux qui comprendraient la pourriture du Danemark, ni la sagesse de Salomon. Quand ils lisent, on n'ose pas trop leur demander ce qu'ils lisent de peur qu'ils nous répondent : des mots, des mots, des mots !

 

Ça m'amène à cette histoire de Salomon et du merle. On sait que Salomon avait hérité le pouvoir de comprendre la langue des animaux. Un jour qu'il s'appliquait à ses sentences afin de rendre meilleur les cœurs humains, il entendit par le treillis de sa fenêtre un merle qui sifflait à sa merlette:

-C'est quoi ce temple de Salomon ? Si je voulais d'un coup de bec je le renverserais !

Salomon appelle le vantard et lui demande :

-Comment oses-tu tenir ces propos ?

-Je parlais à ma merlette, avec les femelles il faut bien qu'on se vante !

Salomon rit mais lui fit jurer de ne plus recommencer. Le merle jure et retourne à sa merlette.

-Que voulait le roi demande-t-elle ?

-Il a peur que je renverse le Temple.

Et Salomon de songer : je ne changerai pas la vantardise de ce merle; changerai-je la sottise des hommes ?

 

Deux poids deux mesures sont en horreur à dieu ; qui donne au pauvre prête à dieu ; il faut acheter la vérité et ne pas la revendre ; le châtiment du sot c'est sa sottise, la récompense du sage c'est sa sagesse.

Écrire un commentaire

Optionnel